Sélectionner une page
Comment aider un jeune (ado) addict au jeu d’argent ?

Comment aider un jeune (ado) addict au jeu d’argent ?

Ce n’est pas toujours facile de parler à un ado surtout à propos d’addiction au jeu.

Voici nos meilleurs conseils pratiques pour entamer une conversation positive avec un jeune.

Même si les opérateurs de jeu se plient en quatre pour les séduire, voyons comment les sortir pas à pas de la dépendance et du jeu additif.

L’industrie cible lourdement nos jeunes (public vulnérable et réceptif)

 

Ces dernières années, l’industrie des jeux d’argent a énormément rajeuni son public cible. L’heure est à la conquête digitale et au rajeunissement, exit les retraités affairés aux tables des casinos de bord de mer.

Maintenant, on n’hésite plus à cibler la jeunesse. Les opérateurs les moins éthiques cibleront même les ados (15/18 ans).

Il suffit de jeter un œil aux publicités du moment pour voir à quel point le marketing est mordant et juvénile.

Plus le jeune s’habitue tôt, plus la graine de l’addiction sera fertile passée l’âge adulte. Malheureusement, le jeune est plus sensible que l’adulte aux émotions euphorisantes offertes par le jeu.

Une bombe à retardement est en train de se constituer, les premières jeunes victimes nous arrivent déjà en nombre. D’après une enquête de l’institut IPSOS, 13 % des jeunes affirment jouer au moins une fois par semaine aux jeux d’argent.

Nous observons aussi que de nombreux opérateurs de jeu du marché gris ou noir sont peu regardants sur la validation des documents d’identités. Pareillement pour les portefeuilles électroniques.

Aussi, un certain nombre de mineurs réussissent à duper les opérateurs de jeu à l’aide de vos faux documents d’identité. Tout est faux, sauf l’argent dépensé !

Il faut dire que les sommes englouties sont parfois affolantes.

Alors que faire concrètement à votre échelle pour sortir votre jeune des filets du jeu addictif ?

Comment détecter la pratique addictive chez le jeune ?

Très souvent, la détection de l’addiction vient de l’extérieur (parent/tuteur) et non de l’ado lui-même.

Voici deux grandes vérités qui ne se démentent que très rarement :

 

VÉRITÉ 1 : L’ado ne se rend pas compte de son addiction.
VÉRITÉ 2 : Et si jamais il s’en rend compte, il vous la cachera !

 

L’ado aura tendance à cacher son addiction sous le tapis. D’où l’importance de réussir à détecter sa dépendance.

Tel un iceberg, il est fort probable que vous ne voyez qu’une toute petite partie immergée des montants et du temps gaspillé par votre ado.

Nous partageons un petit test d’évaluation en 9 questions pour savoir si une personne souffre d’un problème d’addiction avec le jeu.

Sinon, voici 6 signes qui devraient vous mettre la puce à l’oreille quant à une possible addiction chez le jeune :

SIGNE 1 : Le jeune se coupe progressivement de son environnement (école, travail, club) et perd tout intérêt à l’effort comme s’il subissait une perte de motivation.

SIGNE 2 : Progressivement, le jeune se désocialise de ses cercles d’amis mais aussi de sa cellule familiale.

SIGNE 3 : Sa santé mentale semble de plus en plus précaire : angoisses, diminution de sa capacité de concentration, pertes ou altération de sa mémoire, trouble du sommeil, de l’endormissement, mais aussi du réveil.

SIGNE  4 : Il achète beaucoup moins de biens et de services de consommation (vêtement, sorties, restauration.. ). Un peu comme si le jeu absorbait la totalité de son argent.

SIGNE 5 : Il ne joue plus pour le plaisir mais par obsession. Il joue pour recouvrir une perte ou même dans l’espoir de gagner sa vie.

SIGNE 6 : Il ne peut plus s’arrêter. La simple idée de s’arrêter ou de réduire son jeu (même très temporairement) semble être une montagne infranchissable.

En parlant de bonne heure à votre ado, vous serez capable de prévenir le jeu excessif ou pathologique.

Comment parler à un jeune des risques des jeux d’argent

Sachez que le jeune pourrait se sentir très embarrassé à l’idée d’aborder ce sujet.

Aborder le sujet de manière trop abrupte pourrait mettre l’ado sur la défensive et éteindre toute possibilité d’amélioration. Il est très important de lui parler de manière positive, calme et surtout qui ne juge pas.

Avant d’offrir votre opinion (qui n’intéresse pas votre ado), commencez par lui demander ce qu’il ou elle pense des jeux d’argent.

Dans un premier temps, laisser les mots sortir sans frein, sans contradiction, sans modération. Plus l’ado sera bavard, plus vous allez pouvoir dessiner les contours de sa pratique.

Ne soyez pas pressé, le problème ne sera pas réglé d’ici demain matin. Le problème ne date pas non plus de la dernière pluie. Alors avançons doucement et gentiment.

Si vous cherchez à pousser Mamie dans les orties, votre ado sera moins à l’aise dans le futur pour échanger avec vous. Vos conversations futures seront minées de sens interdit et de filtre.

 

L

Une fois le pont de la confiance bâti, essayez subtilement de glisser vers les risques et les conséquences relatifs jeux d’argent.

À cet âge, l’ado se pense intouchable et invincible, il vous répondra que l’addiction et les conséquences négatives ne touche que les autres.. Mais sûrement pas lui ou elle.

Votre but sera de recentrer la conversation sur lui ou elle. L’ado doit personnifier son problème. L’argument du camarade du fond de la classe qui dépense 3 fois que lui plus ne fera pas avancer sa barque.

Si vous parvenez à lui faire admettre (de lui-même et sincèrement) que le jeu est un problème dans sa vie, vous aurez réussi à ouvrir une porte vers le changement.

Si votre ado se borne toujours à ne rien changer, il est important de ne pas forcer. Il faudra revenir sur le sujet à intervalle réguliers jusqu’à admission du problème.

Les actions concrètes à mener pour une sortie du jeu en douceur

La première action consiste à faire prendre conscience à votre ado que le jeu est un problème et qu’il ou elle a un problème. (voir paragraphe précédent).

Si votre ado reconnaît plus ou moins son problème, vous pouvez l’accompagner vers les actions suivantes :

 

ACTION 1 : Jouer progressivement moins longtemps (temps total), mais ne pas s’arrêter trop brutalement.

ACTION 2 : Jouer progressivement moins souvent (fréquence dans la semaine) et augmenter l’intervalle entre chaque session.

ACTION 3 : Trouver de nouvelles sources de plaisir (sport, culture, sorties) pour combler et divertir le manque.

ACTION 4 : Fixer à l’avance un budget fixe et indéboulonnable à respecter quoi qu’il arrive.

ACTION 5 : Fixer à l’avance une limite de temps de jeu à respecter quoi qu’il arrive.

ACTION 6 : Tenir une petite comptabilité (gain/perte) pour prouver que sur le LONG TERME c’est toujours l’opérateur de jeu qui sort gagnant. Et ainsi renforcer la prise de conscience.

ACTION 7 : Installer un logiciel qui filtre et bloque les sites de jeux d’argent pour faire respecter les actions précédentes.

Le blocage et le filtrage des sites de jeux d’argent

L’idée est de conduire l’ado vers une diminution de son activité par paliers successifs avec des moments de jeu toujours plus espacés les uns les autres.

Pour éviter les rechutes, il faut créer une ventilation entre périodes de privation et période de jeu sous contrôle.

Un blocage temporaire des sites de jeux d’argent est idéal pour assurer le respect de ces temps intercalaires.

 

La solution STOP JEU

STOP JEU propose une application qui bloque l’accès au jeu d’argent. Le service fonctionne sur tous les écrans (smartphone, tablette et ordinateur).

Une fois mis en place, il est impossible de lever les restrictions de blocage (même par désinstallation ou formatage usine).

Pour ne pas lui couper complètement et trop rapidement l’oxygène, STOP JEU propose un blocage à temps variable :

24 h, 2 jours, 3 jours, 5 jours, 1 semaine, 2 semaines, 1 mois, 2 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans, 3 ans, 5 ans ou pour la vie.

 

Ne faites rien dans son dos

 

Vous pouvez suggérer cette solution technique à votre ado, mais surtout, nous vous déconseillons de l’installer sans son accord préalable.

Le succès du traitement de l’addiction au jeu est multifactoriel et repose sur la confiance. Il n’y a pas de solutions magiques. Malheureusement.

 

 

PROTEGEZ LES FINANCES RAPIDEMENT

On comprend qu’il ne faut pas brusquer son ado au risque de la voir prendre ses distances.

Mais parfois, l’ado est un danger ambulant pour lui-même et il faut savoir prendre des décisions impopulaires.

Les sommes englouties dans les jeux d’argent sont souvent délirantes. À long terme, vous ne pouvez pas tolérer que votre ado dépense la totalité de son argent et encore moins le votre aux jeux.

Quand le budget de la cantine, des sorties, de l’habillement passe dans le jeu, vous devez taper du poing sur la table et couper le robinet. Même partiellement.

Quand l’addiction est forte, tout est bon pour financer le jeu, même la filouterie. On ne compte plus les parents attristés d’avoir vu tout y passer. Certains jeunes vendent les biens du foyer sur des sites d’annonces pour financer le jeu.

Ce genre de situation est explosif à gérer, mais vous n’avez pas vraiment le choix que d’être impopulaire pendant un temps.

Le jeune addictif ne perd pas uniquement son argent, il perd aussi souvent avec sa vie sociale, le goût des études ou de l’effort. Progressivement, il brûle tous les ponts qui le raccrochent à une vie normale.

Il s’enfonce toujours plus dans l’excès et le mal-être !

Beaucoup de joueurs jouent au jeu d’argent pour combler des problèmes financiers, mais le jeu ne fait qu’aggraver ses problèmes.

C’est le serpent qui se mord la queue. Il faut donc réduire le flux d’argent sans trop tarder.

À défaut de pouvoir fermer le robinet à 100 % à cause de conflit ou d’incapacité à tout stopper du jour au lendemain, il faudra tout même réduire le flux d’argent le plus possible.

Réduire, même un peu, est un bon début. Le but sera de réduire à chaque fois un peu plus que la dernière fois. Jour après jour, vous devez tendre vers le 0 € dépensé.

Si vous ressentez le besoin de discuter avec un thérapeute, sachez que STOP JEU propose un chat 24/7

 

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Nous vous invitons à vous méfier des applications gratuites ou à bas prix, car quand c'est gratuit, c'est que le produit, c'est vous ! Beaucoup d'applications revendent vos données personnelles à des entreprises aussi mystérieuses que prédatrices. Vos data sont ainsi...

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Vous connaissez une personne dans votre entourage qui est accro aux jeux d’argent mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le mieux est d'établir la confiance et de susciter l'envie d'avoir envie. Nous avons conçu ce petit guide facile à lire. Si vous souhaitez...

10 conseils pour stopper le jeu addictif

10 conseils pour stopper le jeu addictif

Quand le jeu n’est plus un jeu, il est temps de se faire aider. Souvent nous dépensons plus que raison. Le jeu grignote les autres budgets du foyer comme la nourriture, l’habillement ou la santé. Arrêter de jouer n’est pas une simple affaire ! Ce n’est pas un TOP 10...

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Vous connaissez une personne dans votre entourage qui est accro aux jeux d’argent mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

Le mieux est d’établir la confiance et de susciter l’envie d’avoir envie.

Nous avons conçu ce petit guide facile à lire.

Si vous souhaitez approfondir la question sachez qu’un expert vous attend sur le CHAT 24/7.

Comprendre ce que les joueurs accros vivent ou ressentent 

Les personnes en souffrance avec les jeux d’argent ont l’impression de ne plus être en contrôle ni de la situation ni d’eux-mêmes. Le jeu est quelque chose qui les dépasse, quelque chose de plus fort qu’eux.

Le joueur ne peut plus se contrôler. Il est habité par le jeu. Chacune de ses décisions n’est plus le fruit de la raison mais le fruit d’une impulsion irrationnelle, quasi primitive.

La plupart du temps, le joueur n’a pas réellement conscience de son problème, d’où l’intérêt d’une aide extérieure.

Dans certains cas, l’aide ne peut venir que par le biais d’un proche.

Pour approfondir le sujet, nous avons écrit un second guide : Comprendre un “joueur pathologique” de jeu d’argent

Comment communiquer avec un joueur accro aux jeux d’argent ?

Souvent le joueur ne voit pas l’étendue de son problème et pense avoir le contrôle sur la situation alors comment faire pour lui ouvrir les yeux sans le braquer.

Le meilleur moyen d’ouvrir le dialogue est de rappeler que vous êtes là parce que vous vous souciez de lui ou d’elle. Vous n’êtes pas là pour juger mais pour COMPRENDRE.

Avant d’aider et de vouloir suggérer un plan d’action, il faudra prouver à la personne que vous comprenez sa situation. Mettez-vous à sa place, après tout l’addiction peut toucher n’importe qui. Ce n’est pas une tare héréditaire et surtout pas une honte.

Il y a franchement des problèmes bien pires dans le monde. D’ailleurs rien qu’en France on estime qu’il y a 600 000 personnes qui souffrent du jeu excessif.

Alors, essayez ensemble de dégonfler le ballon de la culpabilité !

Communication positive 

Votre communication positive mettra la personne en confiance et dans une meilleure disposition pour négocier et construire un plan de sortie de crise avec vous.

En deux mots, évitez la critique et la confrontation au risque de voir la personne se couper encore un peu plus du monde réel.

Pour commencer, n’utilisez pas les pronoms “tu/vous” mais plutôt le pronom : “je” . Parlez d’abord de vous, de votre propre ressenti avant de décrire le comportement de la personne.

Cela évitera de paraître intrusif.

 

Voici 4 de phrases exemples pour briser l’armure

Ou encore

5 conseils supplémentaires

Conseil 1 : N’offrez pas vos conseils tant que le joueur ne vous les réclame pas expressément.

 

Conseil 2 : Offrez des commentaires neutres à la personne en face de vous :

        • « Ah oui ? je ne savais pas « 
        • « Que s’est-il passé ensuite? »
        • « Vraiment ? »

Conseil 3 : Ne vous perdez pas dans vos pensées et concentrez-vous uniquement sur les paroles du joueur.

Conseil 4 : Ne perdez pas d’énergie mentale à préparer votre prochain argument mais contentez-vous simplement d’encourager le joueur a à dire tout ce qu’il/elle a à dire avant de reprendre la parole.

Conseil 5 : Ecoutez PLUS pour parler MOINS.

 

Si la personne en question est un ou une adolescente, nous avons écrit un guide plus adapté aux ados et aux jeunes adultes : Comment aider un jeune (ado) addict au jeu d’argent ?

 

En résumé

Ici, le centre de la terre c’est le joueur, pas vous. Ça n’intéresse personne de savoir que vous êtes le nouvel expert en addiction.

Pareillement ne soyez pas Monsieur / Madame je donne des leçons.

Le changement ne pourra venir uniquement de lui ou d’elle. Le bourrage de crâne sera contre-productif.

Gardez les finances en sécurité

La guérison est un long processus. En attendant, il faut penser à protéger votre argent au risque de voir l’avion exploser en plein vol.

Les joueurs accros aux jeux ont tendance à faire des dettes partout où il passe.

Ils peuvent emprunter beaucoup d’argent à leurs proches : amis, famille, collègues de bureau.. Parfois même sans demander l’accord.

Prêter de l’argent à un joueur est toujours une très mauvaise idée. Il ne faut jamais partager ses informations bancaires, même pour “dépanner”. Pensez à protéger votre compte joint si vous en avez un en commun.

Les pertes au jeu d’argent peuvent rapidement dépasser l’imagination. C’est un puits sans fond qui aspirera une vie d’économies en temps records. Le patrimoine familial peut lui aussi fondre par morceaux successifs aux jeux.

 

N’ajoutez pas de la difficulté à la difficulté. Protégez votre argent. Vous devez être vous-même solide pour pouvoir aider un proche.

 

Astuce

 

De plus en plus de banques proposent des solutions pour limiter les dépenses liées aux jeux comme le filtrage et le blocage des transactions vers des sites de jeu sur les cartes Visa/ Mastercard/Maestro.

Prenez un rendez-vous avec votre banque pour en parler.

Si votre banque n’offre pas la possibilité de geler les transactions vers les opérateurs de jeu, il peut être intéressant de demander une limite de paiement et de retrait hebdomadaire assez basse.

Sauf s’il s’agit de votre compte personnel ou d’un compte joint, ne faites rien dans le dos de la personne concernée. Vous devez simplement lui suggérer des possibilités.

Toutes choses faites dans le dos d’un joueur seront contre-productives, la personne ne fera que renforcer la dissimulation. Il est dans votre intérêt d’y voir le plus clair possible.

Enterrer la hache de guerre

Face à un joueur addictif, la première émotion qui peut monter à la tête n’est pas forcément toujours la sympathie..

La colère, l’exaspération, le sentiment de trahison, et tellement d’autres émotions peuvent faire surface.

C’est particulièrement vrai s’il s’agit d’un membre de sa propre famille et que le comportement du joueur impacte votre vie ou celle du foyer tout entier.

Quelque soient vos sentiments, il faut éviter de vous culpabiliser et/ou de culpabiliser le joueur. L’idée est d’avancer tous ensemble et d’avoir un horizon commun. La situation ne changera pas d’ici demain matin, mais reconnaître la réalité du problème est un premier début.

Le jeu addictif est un état de fait que ni vous ni le joueur n’a choisi.

Le joueur est autant victime que vous.

L’addiction au jeu est reconnue par le corps médical comme une maladie à part entière. Votre rôle se limitera à inviter le joueur à aller consulter des professionnels de santé. Ce ne sera jamais votre mission de traiter l’addiction en tant que telle.

Les problèmes appellent souvent les problèmes

Le jeu addictif est un problème multidimensionnel. Chaque euro perdu aux jeux et un euro en mois pour subvenir aux besoins primaires (Nourriture, logement, habillement, éducation, santé).

Le jeu addictif peut être pourvoyeur de tellement de choses négatives : précarité, violences domestique, dette bancaire, mal logement, problème de santé, alcoolisme..

Voici une liste d’organisation à but non-lucratif pour aider en cas de besoins.

STOP JEU propose des solutions techniques pour bloquer l’accès aux jeux d’argent ainsi qu’une oreille attentive pour vous aider dans la lutte contre le jeu. Mais notre conseil ultime consistera TOUJOURS à inviter le joueur à se rapprocher du corps médical.

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Nous vous invitons à vous méfier des applications gratuites ou à bas prix, car quand c'est gratuit, c'est que le produit, c'est vous ! Beaucoup d'applications revendent vos données personnelles à des entreprises aussi mystérieuses que prédatrices. Vos data sont ainsi...

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Vous connaissez une personne dans votre entourage qui est accro aux jeux d’argent mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le mieux est d'établir la confiance et de susciter l'envie d'avoir envie. Nous avons conçu ce petit guide facile à lire. Si vous souhaitez...

10 conseils pour stopper le jeu addictif

10 conseils pour stopper le jeu addictif

Quand le jeu n’est plus un jeu, il est temps de se faire aider. Souvent nous dépensons plus que raison. Le jeu grignote les autres budgets du foyer comme la nourriture, l’habillement ou la santé. Arrêter de jouer n’est pas une simple affaire ! Ce n’est pas un TOP 10...

Comprendre un “joueur pathologique” de jeu d’argent

Comprendre un “joueur pathologique” de jeu d’argent

Que se passe-t-il dans la tête d’un joueur de jeu d’argent ?

Et bien beaucoup de mécanismes psychologiques complexes sont à l’œuvre.

Pour les décrypter nous avons créé ce petit guide.

Sa lecture devrait vous aider à comprendre ce qu’un joueur addictif peut éprouver.

Les signaux d’alertes à surveiller

Si vous demandez à un joueur addict si tout va bien, il y a de grandes chances qu’il (ou elle) vous réponde : “oui, tout va bien”.

Pour rassurer ses proches, le joueur aura souvent tendance à cacher la poussière sous le tapis et à édulcorer les choses.

Pour faciliter la lecture de ce guide, nous avons utilisé la troisième personne du singulier (« il ») mais nous n’oublions pas les femmes.

Les femmes sont aussi victimes du jeu pathologique. Mais, d’après une étude récente, les hommes sont toutefois 3 fois plus concernés que les femmes.

Voici 12 signes qui ne peuvent pas mentir et qui trahiront la triste réalité

  • Signe 1 : Il ou elle dépense plus d’argent et de temps qu’il ou elle ne peut se permettre de perdre.
  • Signe 2 : Il a énormément de mal à arrêter le jeu sur le long terme. Le jeu revient sans cesse.
  • Signe 3 : Il se dispute avec ses proches à propos de questions d’argent ou de jeu.
  • Signe 4 : Il perd tout appétit pour ses activités habituelles : famille, sport, culture, sorties.
  • Signe 5 : Il parle ou pense au jeu d’argent du matin au soir.
  • Signe 6 : Il minimise le temps passé au jeu ou le cache complètement.
  • Signe 7 : Il essaye de récupérer ses pertes au jeu en jouant toujours plus.
  • Signe 8 : Il ne s’arrête jamais de jouer tant qu’il n’est pas à zéro.
  • Signe 9 : Il emprunte de l’argent, arrête de payer ses factures, ou vend ses biens pour financer le jeu.
  • Signe 10 : Il augmente au fil des années les montants joués, de même pour le temps passé.
  • Signe 11 : Il néglige le travail, l’école, la famille et toutes responsabilités.
  • Signe 12 : Il est anxieux, inquiet, coupable, déprimé ou irritable.

En pratique

En pratique, la différence entre un joueur lambda et un joueur pathologique est difficile à distinguer.

Contrairement à d’autres drogues, le jeu ne laisse pas de trace physique sur le corps. Le jeu est un poison qui à bas bruit coupe le joueur du monde réel.

Le joueur qui fonce à pleine vitesse dans un mur ne vous fera jamais d’appels de phares, ni même de klaxon pour vous alerter.

Les familles nous disent qu’elles auraient aimé détecter le mal plutôt mais en réalité le joueur pathologique accompli de grands efforts pour tout vous cacher. La dissimulation est d’autant plus forte que le joueur est habité par la honte et la culpabilité.

  Comprendre ce qu’un joueur addictif peut traverser

Comprendre, c’est aider.

Le meilleur moyen d’aider un joueur pathologique est d’entendre son mal. Mettez-vous à sa place et vous aurez fait la moitié du chemin.

Un joueur addict au jeu n’a souvent aucun contrôle sur ses actions. Bien qu’il pense souvent le contraire.

Comme un témoin extérieur de sa propre vie, il n’est plus vraiment le maître à bord.

Comme on dit : “c’est plus fort que lui”.

 

Honte et culpabilité

Ayant conscience de l’impact négatif qu’ils peuvent causer sur leurs proches, ils sont très souvent empreints de honte, de culpabilité, ou de remords. Ces émotions aussi accablantes qu’envahissantes empêchent le joueur d’y voir clair dans les actions à conduire.

Bizarrement, cette grande détresse ne pousse pas le joueur à s’arrêter, mais au contraire le pousse à jouer toujours plus.

C’est le grand paradoxe, pour oublier ses problèmes, le joueur se réfugie dans le jeu, mais en faisant ainsi il ne fait qu’augmenter ses problèmes. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux..

Le jeu est un médicament temporaire qui rend le joueur toujours plus malade.

 

L’énergie du désespoir

Aussi, le joueur addictif peut être animé par l’énergie du désespoir qui consiste à vouloir récupérer l’argent perdu.

Ce dynamisme du désespoir amène le joueur à se comporter de manière complètement folle et inimaginable. L’entourage se dit : « On aurait jamais imaginé ça de lui (ou d’elle) ».

Les proches ne reconnaissent plus la personne qu’ils ont eu l’habitude de connaître. Au moment de jouer, le joueur en situation d’addiction acquiert une nouvelle personnalité, on parle de personnalité bis.

Même les personnalités les plus stables et les plus équilibrées peuvent s’enfoncer dans la frénésie et la fièvre du jeu.

 

En 2 mots

Il faut comprendre que le jeu est un comportement addictif qui dépasse le joueur. Il s’agit d’un trouble reconnu comme une maladie par le corps médical.

Il ne faut donc pas juger un joueur pathologique par le prisme de la morale. Le contrôle de soi n’est pas qu’une simple question de volonté individuelle.

Le joueur passera par plusieurs étapes successives avant de s’en sortir 

Un joueur pathologique qui souhaite quitter le jeu s’engage dans un long et épineux parcours de rémission qui s’accompagne de rechutes (pendant la guérison) et de récidives (longtemps après la guérison).

 

Voici les grandes étapes :

 

Étape 1 : Aucune intention d’arrêter – À ce stade, le joueur peut penser que le jeu n’est pas si négatif que ça. Il pensera que les avantages du jeu l’emportent sur les aspects négatifs. Le joueur aime le jeu et ne le voit pas encore comme un problème, mais plutôt comme un loisir comme un autre.

Il ne voit pas que le jeu peut avoir un impact néfaste sur lui et ses proches. Beaucoup de joueurs pensent même que le jeu est un moyen de gagner sa vie sur le long terme. Cette étape est la plus longue.

Tristement, certains joueurs n’en sortiront jamais.

 

Étape 2 : Commence à y penser – À ce stade, le joueur est mi-figue mi-raisin quant à sa vision du jeu. Il continue d’apprécier le jeu, mais il commence à mesurer que celui-ci coûte du temps et surtout de l’argent. Arrêter ou diminuer le jeu est de plus en plus souhaitable.

Certains joueurs estiment que leurs pertes financières ne sont que temporaires et retourneront à nouveau à l’étape 1. La prise de conscience est variable en fonction des joueurs et des pertes ou des gains du moment.

 

Étape 3 : Commence à s’y préparer – À ce stade, le joueur a pris la décision de faire quelque chose. Il se sent prêt pour arrêter ou en tout cas pour limiter son jeu. La décision est de plus en plus mature, il ne lui reste plus qu’à poser une date ou un calendrier.

Il est convaincu que le jeu a un impact très délétère sur sa vie. Mais la tentation de faire un gros gain pour tout effacer habite toujours l’imagination du joueur.

Le joueur est encore en danger et se dit : « Encore un gros gain et après j’arrête définitivement ». Malheureusement, les chances de faire un gros gain sont proches de 0 % et les pertes continuent de s’accumuler.

 

Étape 4 : Passage à l’action – La maturation de la petite graine plantée à l’étape 3, pousse le joueur à rassembler un ensemble de stratagèmes et de technique pour changer pour de bon son comportement.

Le joueur s’est mis activement au travail. Le soutien extérieur est particulièrement important, car en réfléchissant aux conséquences (passées et futures) de son jeu, il se verra traversé par des émotions difficiles et culpabilisatrices.

Une décision a été actée et c’est bien ça le plus important. Le joueur ne sait pas encore comment s’y prendre, mais au moins il est convaincu qu’il est temps de tourner la page sur son ancienne vie. Le joueur a enfin admis son problème. Maintenant, à vous et à nous de l’aider.

 

Étape 5 : Maintenir le changement – Cette étape est très dure. Le joueur a identifié toutes les actions (ou non-actions) qu’il doit enclencher pour changer son comportement durablement. Le changement pour être solide doit s’installer dans le temps. Il faut perdre ses réflexes du passé et se créer de nouvelles habitudes loin du jeu.

Le vide est immense et difficile à combler.

Le joueur a besoin de vous pour lui proposer de nouvelles activités. La tentation du jeu est partout. Même chez le buraliste au coin de la rue, le joueur peut replonger.

En résistant à ses tentations, le joueur vit des moments très douloureux, mais chaque petite victoire le renforce dans son sentiment de libération. Chaque jour, il ressort plus fort et plus heureux. Une nouvelle personne est en train de renaître.

 

Étape 6 : La rémission – L’interminable tunnel semble toucher à sa fin. La lumière n’est plus seulement au bout du tunnel, elle est maintenant partout autour du joueur. Le joueur rayonne de lumière, le joueur est devenu lumière tant la transfiguration est profonde.

Enfin libéré, il est capable de revivre sa vie loin du mal qui auparavant le brûlait de l’intérieur. Le jeu a été renvoyé dans l’ombre.

L’amour-propre retrouvé est son meilleur antidote contre la tentation. Le jeu n’est qu’un lointain souvenir. On peut parler d’une seconde naissance.

 

Remarque 

Le jeu est comme un vieil ami qui en permanence vit en colocation chez le joueur. Le jeu n’est jamais très loin du joueur, la rechute toujours possible.

Même un joueur guéri (récidive) peut replonger dans le jeu suite à un accident de la vie : perte d’emploi, décès, séparation, dépression ..

Le jeu est un vilain compagnon de route qui sait retrouver le joueur au moment où il en a le moins besoin. Le joueur a besoin de votre soutien pour rester sur la bonne voie. Un échec peut être un appel pour améliorer la stratégie de guérison.

Il faut aussi accepter que chaque étape demande du temps. Brûler les étapes ne peut être que contre-productif. De même, reculer d’une étape en arrière n’est pas un drame.

N’hésitez pas à venir échanger GRATUITEMENT et ANONYMEMENT avec un thérapeute sur notre Chat 24/7, on peut vous aider pour chacune des étapes.

Comprendre vos propres émotions d’aidant

Parlons de vos émotions maintenant. Vous qui souhaitez aider un proche.

Il est fort probable que vous soyez en colère contre la personne que vous souhaitez aider. Vous pouvez aussi vous sentir blessé ou trahi par son comportement.

Ces émotions sont complètement normales puisque le comportement d’un joueur addict impacte négativement toutes personnes se trouvant autour de lui (ou d’elle).

Quoi que vous ressentez, il est important de rester calme et positif, car de nombreuses solutions existent. Le joueur aura besoin de votre main tendue pour se sortir de là.

Blâmer et critiquer un joueur ne l’aidera pas, bien au contraire, le joueur se coupera toujours plus de vous alors qu’il ou elle aurait tellement besoin de votre proximité.

Pour aller plus loin sur le sujet, nous avons écrit un petit guide qui devrait pouvoir vous aider : comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

N’hésitez pas à venir échanger GRATUITEMENT et ANONYMEMENT avec un thérapeute sur notre Chat 24/7. Vous n’êtes plus seul.

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Politique de confidentialité : Ce que nous ne faisons pas

Nous vous invitons à vous méfier des applications gratuites ou à bas prix, car quand c'est gratuit, c'est que le produit, c'est vous ! Beaucoup d'applications revendent vos données personnelles à des entreprises aussi mystérieuses que prédatrices. Vos data sont ainsi...

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

Vous connaissez une personne dans votre entourage qui est accro aux jeux d’argent mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Le mieux est d'établir la confiance et de susciter l'envie d'avoir envie. Nous avons conçu ce petit guide facile à lire. Si vous souhaitez...

10 conseils pour stopper le jeu addictif

10 conseils pour stopper le jeu addictif

Quand le jeu n’est plus un jeu, il est temps de se faire aider. Souvent nous dépensons plus que raison. Le jeu grignote les autres budgets du foyer comme la nourriture, l’habillement ou la santé. Arrêter de jouer n’est pas une simple affaire ! Ce n’est pas un TOP 10...