Sélectionner une page
Comprendre un “joueur pathologique” de jeu d’argent

Comprendre un “joueur pathologique” de jeu d’argent

Que se passe-t-il dans la tête d’un joueur de jeu d’argent ?

Et bien beaucoup de mécanismes psychologiques complexes sont à l’œuvre.

Pour les décrypter nous avons créé ce petit guide.

Sa lecture devrait vous aider à comprendre ce qu’un joueur addictif peut éprouver.

Les signaux d’alertes à surveiller

Si vous demandez à un joueur addict si tout va bien, il y a de grandes chances qu’il (ou elle) vous réponde : “oui, tout va bien”.

Pour rassurer ses proches, le joueur aura souvent tendance à cacher la poussière sous le tapis et à édulcorer les choses.

Pour faciliter la lecture de ce guide, nous avons utilisé la troisième personne du singulier (« il ») mais nous n’oublions pas les femmes.

Les femmes sont aussi victimes du jeu pathologique. Mais, d’après une étude récente, les hommes sont toutefois 3 fois plus concernés que les femmes.

Voici 12 signes qui ne peuvent pas mentir et qui trahiront la triste réalité

  • Signe 1 : Il ou elle dépense plus d’argent et de temps qu’il ou elle ne peut se permettre de perdre.
  • Signe 2 : Il a énormément de mal à arrêter le jeu sur le long terme. Le jeu revient sans cesse.
  • Signe 3 : Il se dispute avec ses proches à propos de questions d’argent ou de jeu.
  • Signe 4 : Il perd tout appétit pour ses activités habituelles : famille, sport, culture, sorties.
  • Signe 5 : Il parle ou pense au jeu d’argent du matin au soir.
  • Signe 6 : Il minimise le temps passé au jeu ou le cache complètement.
  • Signe 7 : Il essaye de récupérer ses pertes au jeu en jouant toujours plus.
  • Signe 8 : Il ne s’arrête jamais de jouer tant qu’il n’est pas à zéro.
  • Signe 9 : Il emprunte de l’argent, arrête de payer ses factures, ou vend ses biens pour financer le jeu.
  • Signe 10 : Il augmente au fil des années les montants joués, de même pour le temps passé.
  • Signe 11 : Il néglige le travail, l’école, la famille et toutes responsabilités.
  • Signe 12 : Il est anxieux, inquiet, coupable, déprimé ou irritable.

En pratique

En pratique, la différence entre un joueur lambda et un joueur pathologique est difficile à distinguer.

Contrairement à d’autres drogues, le jeu ne laisse pas de trace physique sur le corps. Le jeu est un poison qui à bas bruit coupe le joueur du monde réel.

Le joueur qui fonce à pleine vitesse dans un mur ne vous fera jamais d’appels de phares, ni même de klaxon pour vous alerter.

Les familles nous disent qu’elles auraient aimé détecter le mal plutôt mais en réalité le joueur pathologique accompli de grands efforts pour tout vous cacher. La dissimulation est d’autant plus forte que le joueur est habité par la honte et la culpabilité.

  Comprendre ce qu’un joueur addictif peut traverser

Comprendre, c’est aider.

Le meilleur moyen d’aider un joueur pathologique est d’entendre son mal. Mettez-vous à sa place et vous aurez fait la moitié du chemin.

Un joueur addict au jeu n’a souvent aucun contrôle sur ses actions. Bien qu’il pense souvent le contraire.

Comme un témoin extérieur de sa propre vie, il n’est plus vraiment le maître à bord.

Comme on dit : “c’est plus fort que lui”.

 

Honte et culpabilité

Ayant conscience de l’impact négatif qu’ils peuvent causer sur leurs proches, ils sont très souvent empreints de honte, de culpabilité, ou de remords. Ces émotions aussi accablantes qu’envahissantes empêchent le joueur d’y voir clair dans les actions à conduire.

Bizarrement, cette grande détresse ne pousse pas le joueur à s’arrêter, mais au contraire le pousse à jouer toujours plus.

C’est le grand paradoxe, pour oublier ses problèmes, le joueur se réfugie dans le jeu, mais en faisant ainsi il ne fait qu’augmenter ses problèmes. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux..

Le jeu est un médicament temporaire qui rend le joueur toujours plus malade.

 

L’énergie du désespoir

Aussi, le joueur addictif peut être animé par l’énergie du désespoir qui consiste à vouloir récupérer l’argent perdu.

Ce dynamisme du désespoir amène le joueur à se comporter de manière complètement folle et inimaginable. L’entourage se dit : « On aurait jamais imaginé ça de lui (ou d’elle) ».

Les proches ne reconnaissent plus la personne qu’ils ont eu l’habitude de connaître. Au moment de jouer, le joueur en situation d’addiction acquiert une nouvelle personnalité, on parle de personnalité bis.

Même les personnalités les plus stables et les plus équilibrées peuvent s’enfoncer dans la frénésie et la fièvre du jeu.

 

En 2 mots

Il faut comprendre que le jeu est un comportement addictif qui dépasse le joueur. Il s’agit d’un trouble reconnu comme une maladie par le corps médical.

Il ne faut donc pas juger un joueur pathologique par le prisme de la morale. Le contrôle de soi n’est pas qu’une simple question de volonté individuelle.

Le joueur passera par plusieurs étapes successives avant de s’en sortir 

Un joueur pathologique qui souhaite quitter le jeu s’engage dans un long et épineux parcours de rémission qui s’accompagne de rechutes (pendant la guérison) et de récidives (longtemps après la guérison).

 

Voici les grandes étapes :

 

Étape 1 : Aucune intention d’arrêter – À ce stade, le joueur peut penser que le jeu n’est pas si négatif que ça. Il pensera que les avantages du jeu l’emportent sur les aspects négatifs. Le joueur aime le jeu et ne le voit pas encore comme un problème, mais plutôt comme un loisir comme un autre.

Il ne voit pas que le jeu peut avoir un impact néfaste sur lui et ses proches. Beaucoup de joueurs pensent même que le jeu est un moyen de gagner sa vie sur le long terme. Cette étape est la plus longue.

Tristement, certains joueurs n’en sortiront jamais.

 

Étape 2 : Commence à y penser – À ce stade, le joueur est mi-figue mi-raisin quant à sa vision du jeu. Il continue d’apprécier le jeu, mais il commence à mesurer que celui-ci coûte du temps et surtout de l’argent. Arrêter ou diminuer le jeu est de plus en plus souhaitable.

Certains joueurs estiment que leurs pertes financières ne sont que temporaires et retourneront à nouveau à l’étape 1. La prise de conscience est variable en fonction des joueurs et des pertes ou des gains du moment.

 

Étape 3 : Commence à s’y préparer – À ce stade, le joueur a pris la décision de faire quelque chose. Il se sent prêt pour arrêter ou en tout cas pour limiter son jeu. La décision est de plus en plus mature, il ne lui reste plus qu’à poser une date ou un calendrier.

Il est convaincu que le jeu a un impact très délétère sur sa vie. Mais la tentation de faire un gros gain pour tout effacer habite toujours l’imagination du joueur.

Le joueur est encore en danger et se dit : « Encore un gros gain et après j’arrête définitivement ». Malheureusement, les chances de faire un gros gain sont proches de 0 % et les pertes continuent de s’accumuler.

 

Étape 4 : Passage à l’action – La maturation de la petite graine plantée à l’étape 3, pousse le joueur à rassembler un ensemble de stratagèmes et de technique pour changer pour de bon son comportement.

Le joueur s’est mis activement au travail. Le soutien extérieur est particulièrement important, car en réfléchissant aux conséquences (passées et futures) de son jeu, il se verra traversé par des émotions difficiles et culpabilisatrices.

Une décision a été actée et c’est bien ça le plus important. Le joueur ne sait pas encore comment s’y prendre, mais au moins il est convaincu qu’il est temps de tourner la page sur son ancienne vie. Le joueur a enfin admis son problème. Maintenant, à vous et à nous de l’aider.

 

Étape 5 : Maintenir le changement – Cette étape est très dure. Le joueur a identifié toutes les actions (ou non-actions) qu’il doit enclencher pour changer son comportement durablement. Le changement pour être solide doit s’installer dans le temps. Il faut perdre ses réflexes du passé et se créer de nouvelles habitudes loin du jeu.

Le vide est immense et difficile à combler.

Le joueur a besoin de vous pour lui proposer de nouvelles activités. La tentation du jeu est partout. Même chez le buraliste au coin de la rue, le joueur peut replonger.

En résistant à ses tentations, le joueur vit des moments très douloureux, mais chaque petite victoire le renforce dans son sentiment de libération. Chaque jour, il ressort plus fort et plus heureux. Une nouvelle personne est en train de renaître.

 

Étape 6 : La rémission – L’interminable tunnel semble toucher à sa fin. La lumière n’est plus seulement au bout du tunnel, elle est maintenant partout autour du joueur. Le joueur rayonne de lumière, le joueur est devenu lumière tant la transfiguration est profonde.

Enfin libéré, il est capable de revivre sa vie loin du mal qui auparavant le brûlait de l’intérieur. Le jeu a été renvoyé dans l’ombre.

L’amour-propre retrouvé est son meilleur antidote contre la tentation. Le jeu n’est qu’un lointain souvenir. On peut parler d’une seconde naissance.

 

Remarque 

Le jeu est comme un vieil ami qui en permanence vit en colocation chez le joueur. Le jeu n’est jamais très loin du joueur, la rechute toujours possible.

Même un joueur guéri (récidive) peut replonger dans le jeu suite à un accident de la vie : perte d’emploi, décès, séparation, dépression ..

Le jeu est un vilain compagnon de route qui sait retrouver le joueur au moment où il en a le moins besoin. Le joueur a besoin de votre soutien pour rester sur la bonne voie. Un échec peut être un appel pour améliorer la stratégie de guérison.

Il faut aussi accepter que chaque étape demande du temps. Brûler les étapes ne peut être que contre-productif. De même, reculer d’une étape en arrière n’est pas un drame.

N’hésitez pas à venir échanger GRATUITEMENT et ANONYMEMENT avec un thérapeute sur notre Chat 24/7, on peut vous aider pour chacune des étapes.

Comprendre vos propres émotions d’aidant

Parlons de vos émotions maintenant. Vous qui souhaitez aider un proche.

Il est fort probable que vous soyez en colère contre la personne que vous souhaitez aider. Vous pouvez aussi vous sentir blessé ou trahi par son comportement.

Ces émotions sont complètement normales puisque le comportement d’un joueur addict impacte négativement toutes personnes se trouvant autour de lui (ou d’elle).

Quoi que vous ressentez, il est important de rester calme et positif, car de nombreuses solutions existent. Le joueur aura besoin de votre main tendue pour se sortir de là.

Blâmer et critiquer un joueur ne l’aidera pas, bien au contraire, le joueur se coupera toujours plus de vous alors qu’il ou elle aurait tellement besoin de votre proximité.

Pour aller plus loin sur le sujet, nous avons écrit un petit guide qui devrait pouvoir vous aider : comment aider un joueur addict au jeu d’argent ?

N’hésitez pas à venir échanger GRATUITEMENT et ANONYMEMENT avec un thérapeute sur notre Chat 24/7. Vous n’êtes plus seul.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

10 conseils pour stopper le jeu addictif

10 conseils pour stopper le jeu addictif

Quand le jeu n’est plus un jeu, il est temps de se faire aider.

Souvent nous dépensons plus que raison. Le jeu grignote les autres budgets du foyer comme la nourriture, l’habillement ou la santé.

Arrêter de jouer n’est pas une simple affaire !

Ce n’est pas un TOP 10 qui fera la différence. Mais c’est un début !

#1 : Ne considérez pas le jeu comme un gagne-pain

Certains influenceurs ou blogueurs veulent vous faire croire qu’il suffit d’être un expert ou un super technicien pour gagner comme un pro. Ceci est un leurre. Il n’existe aucun joueur pro même parmi les meilleurs.

Le seul professionnel dans l’histoire est l’opérateur de jeu. Le jeu est calibré pour toujours enrichir la maison quelque soit votre technique ou méthode. Les paris sportifs ou le turf ne changent rien à ce principe, même si on pourrait espérer le contraire.

Sur le long terme, vous donnerez toujours plus que ce vous recevrez. Au mieux considérez le jeu comme un divertissement ou un passe temps. Au même titre qu’un billet pour Disneyland ou un concert de musique.

#2 : Jouez uniquement l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre

L’argent de votre foyer ne doit pas être jouer au jeu d’argent. L’argent du loyer, du téléphone ou de l’électricité ne doit pas servir à jouer.

#3 : Définissez votre budget à l’avance

Avant de jouer, décidez de combien vous pouvez perdre. Une fois que la somme est perdue, c’est fini pour de bon. Le moment est venu de rentrer à la maison ou bien d’éteindre l’ordinateur et le smartphone. Vous passez à autre chose.

#4 : Définissez une limite de temps

Les opérateurs font tout pour vous retirer votre notion du temps qui passe. Vous ne verrez jamais une horloge dans un lieu de jeu. C’est bien connu, plus le joueur passe de temps à jouer, plus statistiquement il perd d’argent.

Alors le mieux est de régler une alarme sur le téléphone, une fois le temps écoulé, il est temps de partir.

Vous pouvez aussi demander à un proche de vous rappeler au bout d’un certain temps pour vous siffler la fin de la récréation.

#5 : Ne jamais tenter de se “refaire”

Si vous avez joué la totalité de votre budget et que vous êtes encore là en train d’essayer de gagner pour recouvrir une partie de vos pertes, c’est que vous n’avez pas respecté le point 3.

Voulir se refaire, c’est quasiment le dérapage assuré. Les pertes seront uniquement de plus en plus lourdes. Parfois à un tel point, que vous vous retrouverez en très grande détresse mentale et financière.

#6 :  Restez loin du jeu si vous êtes déprimé ou contrarié

Si vous êtes stressé ou émotionnellement bouleversé votre prise de décision sera très mauvaise. Ne pensez pas que le jeu pourrait vous aider à oublier vos problèmes aussi grave soit-il.

Peut être qu’au début le jeu affectera dans le bon sens vos émotions et vous sortira de votre torpeur. Mais au final, il ne fera que amplifier votre mal.

Le jeu est une montagne russe émotionnelle qui utilise votre mal-être pour vous faire les poches. Quand le petit train du jeu s’arrête, il vous jettera plus bas que terre à la première gare venue.

Le jeu est un très mauvais médicament pour soigner la détresse mentale.

#7 : Équilibrez votre pratique du jeu avec d’autres activités

Si le jeu est votre unique passe-temps, c’est que vous êtes un joueur addictif, ou en voie de l’être !

Le jeu est hautement addictif, il enclenche dans notre cerveau des mécanismes très puissants qui nous rendent accros en très peu temps.

En face du jeu, il est important de remplir sa journée avec d’autres activités positives qui vous délivreront du plaisir comme le sport, la culture et les loisirs.

Si vos journées sont creuses, le jeu aspirera rapidement la quasi-totalité de votre temps libre.

Le problème, c’est que le jeu est un loisir qui coûte très cher.

#8 : Ne prenez pas votre carte de crédit ou votre chéquier

Le meilleur moyen de sauver son argent, c’est simplement d’être dans l’incapacité pratique de pouvoir le dépenser. Le mieux est de partir jouer avec une somme en liquide limitée.

Ce conseil fonctionne très bien pour le jeu en points de vente terrestre mais beaucoup moins bien sur l’internet.

Toutefois, il existe des tickets prépayés à montant fixe pour jouer sur internet comme Neosurf ou Cashlib.

Enfin, de plus en plus de banque aujourd’hui propose la possibilité de bloquer les transactions de votre carte de crédit (Mastercard, Visa, Maestro) relatives au jeu d’argent.

Peut-être est-ce le moment de prendre un RDV avec sa banque pour lui demander de geler les dépenses de jeu.

#9 : Faire une pause, même pour 24 heures

Le jeu ne se contente pas uniquement de consommer votre argent, il consomme aussi votre énergie mentale. Du matin au soir, vous pensez aux jeux !

Vous finissez par perdre le sens des réalités et des priorités. Même une pause de quelques heures peut vous remettre les idées en place.

Parfois, il faut savoir lâcher le volant pour se rendre compte qu’on allait droit dans le mur.

Le jeu paralyse votre intelligence et votre raison. Votre prise de décision devient impulsive et sanguine.  Le mieux pour se couper du jeu est d’utiliser un logiciel de blocage et de filtrage comme STOP JEU.

#10 :  Ne buvez pas et ne consommez pas de drogues lorsque vous jouez

Bien sûr, ce conseil s’applique dans n’importe quelle situation, mais encore plus particulièrement pendant le jeu.

Le jeu est de base une drogue alors le combiner avec une seconde drogue sera à tous les coups un cocktail hautement explosif.

L’ajout d’alcool ou de drogue au jeu vous plongera dans un brouillard d’immense confusion. Quand la brume finira par se dissiper, la gueule de bois financière sera épouvantable.

Ce n’est pas par hasard si les casinotiers terrestres aiment “offrir” une coupe de champagne à leurs « meilleurs joueurs ».

Sur internet, c’est pareil sauf que l’alcool doit rester dans votre frigo.

CONCLUSION : Ces conseils sont plus faciles à dire qu’à faire

Quand on est dans la souffrance, il n’y a rien de pire que de voir des gens distribuer des conseils comme on distribue des friandises.

Bien sûr que c’est très dur de s’arrêter et ce n’est pas un TOP 10 de petits conseils qui va changer votre vie. Mais ça peut aider.

En tout cas, on est disponible sur le CHAT 24/7 pour discuter de manière ANONYME et GRATUITE avec vous.

Si vous le souhaitez, on peut mettre ensemble en place un BLOCAGE des jeux d’argent sur votre ordinateur, téléphone ou tablette.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.